L’implication des employés n’est pas qu’une affaire de sushis

L’implication des employés n’est pas qu’une affaire de sushis

La société de génie logiciel bien connue Intuit s’impose, chaque année, un examen exhaustif de son rendement. L’examen en question porte avant tout sur la façon dont l’entreprise stimule l’implication des employés. Celle-ci a donc défini plus de 60 questions afin d’en élucider une seule, qui est essentielle : jusqu’à quel point avons-nous respecté notre engagement de fournir à nos employés un environnement où ils pourront se dépasser et prendre plaisir à le faire ? Intuit veut savoir jusqu’à quel point elle réussit à impliquer ses employés.

L’expérience Intuit

Grâce à cet exercice, la société apprend aussi ce qu’elle obtient de son personnel en s’engageant ainsi à leur égard. Chez Intuit, les employés très mobilisés ont…

  • 2 fois plus de chances d’offrir un meilleur rendement ;
  • 7 fois plus de chances de se sentir appréciés pour les efforts qu’ils font en vue d’offrir un bon service aux clients ;
  • 10 fois plus de chances de mettre de l’avant une idée novatrice ;
  • 1,5 fois plus de chances de ne pas quitter l’entreprise, même si on leur offre un meilleur emploi ailleurs.

Le siège d’Intuit se trouve dans la Silicon Valley, région bien connue pour le soin que les sociétés apportent à l’aménagement de leurs lieux de travail. Elles y installent, notamment, des restaurants gastronomiques et des bars expresso où chacun peut se servir sans mettre la main à la poche. Néanmoins, la direction d’Intuit sait que ce n’est pas avec du foie gras ou des allongés gratuits qu’on obtient de ses employés le meilleur d’eux-mêmes.

On y arrive en instaurant, dans l’entreprise, une culture de confiance, de collaboration, de croissance et de service. Pour un patron, la préservation et l’enrichissement de cette culture dépendent de chacune de ses interactions avec ses employés, et du rapport individuel établi avec chacun d’eux. Voilà comment on réalise l’implication des employés.

L’implication des employés ne coûte rien

Il y a deux façons de considérer le champ relativement nouveau de l’implication des employés: une façon positive et, bien sûr, une façon négative. Commençons par la négative.

Il est terriblement coûteux de compter parmi son personnel des individus non mobilisés. Aux États-Unis seulement, de tels employés coûtent jusqu’à 350 milliards de dollars en raison de leur faible productivité. De plus, leur attitude empoisonne le climat de travail quotidien de votre entreprise et en chasse les meilleurs employés, et souvent les meilleurs clients.

Voici maintenant le bon côté des choses. Les entreprises dotées d’une forte culture de mobilisation ont affiché une croissance et une rentabilité constantes ces dernières années. Les organisations à faible mobilisation constatent le déclin de leur rendement sur le marché.

Les entreprises dont 60 à 100 % des employés sont très impliqués font état, au final, d’un rendement moyen de 20,2 % pour leurs actionnaires. Or, les organisations où le degré d’implication

L’analyse du rapport coûts-bénéfices indique qu’il ne coûte presque rien d’impliquer les employés. Ce processus peut s’amorcer n’importe où dans la hiérarchie organisationnelle. Bien sûr, les experts diront qu’il incombe à la haute direction de favoriser l’engagement (mobilisation) du personnel, et même d’en faire une valeur essentielle, pour qu’il puisse s’étendre à l’entreprise tout entière. En réalité, la survie d’une culture prônant l’engagement individuel dépend des décisions et des comportements qu’adoptent, au quotidien, les superviseurs et les directeurs de service. Il est donc évident que la mobilisation peut s’enclencher n’importe où dans l’entreprise.

35 % des différences de rendement d’une organisation à l’autre

Selon la société Hay Group, on peut expliquer jusqu’à 35 % des différences de rendement d’une organisation à l’autre, et ce, par la seule prise en compte des différents types de culture d’entreprise que leurs dirigeants favorisent. Ainsi, vous, comme dirigeant, où que vous vous situiez dans l’échelle hiérarchique de l’entreprise, vous pouvez faire une différence au sein de votre service. Vous verrez, les retombées seront immédiates et immédiatement perceptibles. En fin de parcours, elles seront même mesurables.

Pour assurer de telles retombées, vous faut-il emporter au bureau des beignets gratuits et des sushis frais ? Non. Vous faut-il prévoir l’aménagement d’une piste de patin à roues alignées ? Non. Vous faut-il manifester votre intérêt personnel et votre souci pour le bien-être de chacun de vos employés ? Oui. Et ce, même les jours où vous êtes si occupé ou préoccupé que vous préféreriez simplement leur offrir cette piste.

Si vous dirigez des gens, vous vous situez tout juste au croisement des objectifs fondamentaux de l’entreprise et des ambitions, des passions et des désirs personnels de vos employés. De plus, si le rendement de votre service dépasse de 30 % les résultats qu’obtiennent vos collègues dans d’autres services, c’est à vous qu’en reviendra le mérite. Toutefois, c’est aussi vous qu’on tiendra pour responsable si ce rapport s’inverse.

Le choix vous appartient entièrement. Aussi bien que la capacité de faire une réelle différence, un employé à la fois.


Avez-vous déjà mesuré l’implication au travail?

Mis au point par Coefficience en collaboration avec la maison de sondages SOMle Qi ORGANISATIONNEL mesure à quel point une organisation rend possible et utilise concrètement l’implication de ses gens dans sa quête de réussite. L’outil révèle ainsi les blocages qui entravent la performance. Il piste les dirigeants vers la mise en place d’initiatives de gestion susceptibles de corriger certains dysfonctionnements.
%d blogueurs aiment cette page :